Au cours des 15 dernières années, XFlowdata a exécuté un large éventail de projets ERP et de données. Nous avons accompagné nos clients dans la migration des données, la mise en œuvre de nouveaux modèles de données, la révision des processus de gestion des données, le nettoyage des données de base, et bien d’autres choses encore.

Ces projets variés nous ont permis de tirer un certain nombre d’enseignements au fil des ans. Voici 6 choses essentielles que j’ai apprises :

1. Les mauvaises données peuvent être une question de perception

Un certain nombre de situations peuvent amener une entreprise à réévaluer la qualité de ses données. Les innovations ou les modifications des exigences légales peuvent donner l’impression qu’il n’y a pas de bonnes données disponibles. Des besoins contradictoires entre services peuvent également fausser les perspectives : de bonnes données pour un opérateur de magasin peuvent être de mauvaises données pour un planificateur de production.

Il est tentant de vouloir résoudre le problème en créant de nouveaux systèmes, de nouveaux outils, de nouveaux processus, voire de nouvelles équipes. Mais attendez ! Les données dont vous avez besoin existent peut-être déjà, mais elles se cachent derrière un modèle légèrement différent ou un autre nom. Prendre le temps d’étudier les ressources existantes et de maximiser les applications sous-utilisées, en particulier les outils ERP, peut souvent aider à résoudre la situation, avec un investissement supplémentaire minime.

2. Les mauvaises données sont dues à des processus et à une gouvernance médiocres

Personne n’a l’intention de créer de mauvaises données, mais lorsque l’on travaille sous pression, des erreurs peuvent facilement se produire. De simples erreurs, comme une adresse mal orthographiée ou une quantité de commande incorrecte, peuvent avoir des répercussions commerciales importantes. Dans de nombreux cas, la solution est facile, mais elle nécessite une équipe engagée, prête à adopter de nouveaux processus et à suivre la gouvernance.

3. Les solutions en matière de données commencent par les personnes

Une gestion efficace des données dépend de la collaboration et d’un leadership fort. Les gens doivent travailler ensemble pour définir, affiner et respecter les normes et les processus en matière de données. Mais ce n’est que la moitié de la bataille. Une gouvernance adéquate doit être mise en place afin de garantir le respect de ces normes et processus. Sans cela, les gens finiront par trouver de bonnes raisons de raccourcir les processus, réduisant à néant tous les efforts de nettoyage des données. Un soutien solide de la part de la direction est essentiel pour responsabiliser les personnes chargées de la gouvernance et soutenir les efforts en matière de qualité des données.

4. Il est difficile de quantifier la valeur des données

S’il est aujourd’hui plus facile que jamais de persuader la direction de la valeur intrinsèque des données, le véritable défi consiste à faire comprendre l’importance de la compréhension des données. Par exemple, il est impossible de convaincre la direction que les enregistrements de clients en double ont un impact négatif sur les ventes si l’on ne peut pas expliquer ce que sont les doublons et comment ils affectent le processus de vente.

La compréhension des données nécessite une collaboration entre les équipes et les services. Ensemble, nous pouvons comprendre comment les données sont organisées, ce qu’elles signifient pour l’entreprise, comment l’information circule dans l’organisation et où se cachent les opportunités (et les menaces). Les outils peuvent contribuer à accélérer ce processus, mais ils ne pourront jamais remplacer la contribution et la collaboration des personnes.

5. Tous les experts ne font pas de bons managers, tous les managers ne font pas de bons chefs de projet

Nous partons souvent du principe que les experts seniors doivent gérer des personnes ou des projets. Cela peut bien sûr fonctionner si le contexte est favorable : des objectifs clairs, une équipe solide et un calendrier réaliste. Si le contexte adéquat n’est pas en place, les experts poussés à occuper des postes de direction peuvent facilement être débordés, mettre leur santé en danger, créer des tensions avec leurs collègues et finalement faire dérailler le projet. Souvent, les choses prennent une mauvaise tournure lorsque leur direction générale n’est pas attentive au projet.

Des problèmes similaires peuvent affecter les managers, les personnes qui ont des compétences pour traiter avec d’autres personnes et des opérations. La gestion d’une entreprise implique souvent d’améliorer les flux de travail et de maintenir la motivation des employés. Nous partons souvent du principe qu’un manager performant peut prendre en charge des projets de plus en plus complexes sans tenir compte de sa capacité à gérer la charge de travail. Et une fois de plus, si leur direction ne les soutient pas, la situation peut devenir incontrôlable.

6. La gestion du changement est une plaisanterie si la direction n'est pas sérieuse (jeu de mots).

D’après mon expérience, une gestion efficace du changement exige plus qu’un simple parrainage de la part des dirigeants ; elle exige leur participation active et leur compréhension. Les projets prospèrent lorsque les responsables savent qui est qui, comprennent le travail et, surtout, conduisent l’équipe à obtenir des résultats. L’engagement des cadres est essentiel pour aplanir les difficultés, résoudre les conflits et encourager les gens.

Tous les projets difficiles que nous avons rencontrés souffraient d’un manque d’implication de la part des cadres supérieurs, ce qui conduisait invariablement à des résultats médiocres. Parfois, la réévaluation et l’ajustement de la portée du projet, de ses objectifs et d’autres aspects peuvent atténuer ces problèmes, mais en général, lorsqu’un projet manque de soutien, c’est souvent parce que sa valeur n’a pas été communiquée ou reconnue de manière adéquate.

Qu'avons-nous appris ?

Après toutes ces années, ce que j’ai retenu (et la raison pour laquelle j’aime tant ce domaine), c’est que, quels que soient les aspects techniques, conceptuels et complexes du travail, le succès réside dans nos interactions mutuelles, dans la collaboration pour créer de la valeur et résoudre les conflits.

Comme les enfants, nous prenons plaisir à découvrir de nouveaux gadgets, à résoudre des énigmes et à apprendre de nouvelles astuces. Mais le vrai plaisir, c’est lorsque nous aidons les autres à améliorer leur situation.

Jean-Francois Minsart
Jean-Francois Minsart
Jef is a veteran SAP data consultant with over 20 years experience. His career took him around the world to support initiatives as varied as mergers, systems integration, upgrades, software development and roll out, etc.​